Denis Chapoullié

Rue Denis Chapoullié by the way

Category: Hommes

Chicago Blues Four

Des musées, du Gothic au South Side de en passant par Barack.

Je me rappelle de ma première visite South Side en 1994, à la recherche de la maison de Muddy Waters, South Side, le quartier craint, la litanie des assassinats qu’on aime tant réciter à l’étranger pour mieux s’effrayer avec lui, les maisons abandonnées comme dans les villes fantômes du Far West, Far South Side, si loin de downtown, la maison de Muddy écroulée, la vie comme de la peur. Il n’y avait plus de Blues que les façades murées.

Je me rappelle, toujours en 94, de la fierté d’appartenir à une communauté respectée, sensation si rarement croisée dans le Sud, des familles noires visitant le Lorraine Motel à Memphis où Martin Luther King à été assassiné, motel depuis transformé en musée des Droits Civiques.

Je me rappelle de ce silence de cathédrale, des beaux habits de chacun, de la dévotion et l’émotion régnant dans chaque salle du musée, jusque dans le jardin, où chacun se photographiait devant la façade.

1-Le petit Barack et l'Angélus

2-Blocs  de Chic

3-Duchesse

4-Vote Obama

5-Vogue

6-Barack et les roots

7-Palestine 44

J’ai retrouvé cette sensation de fierté  partagée dans le South Side de 2009, après l’élection d’Obama.

Il y avait résolument plus de joie et de légèreté dans les rues, et même si beaucoup de maisons étaient toujours murées, vidées, les chaussées défoncées, on ne ressentait plus la peur poisse. On ressentait l’espoir, même une certaine légèreté.

 Je me rappelle de ce commerçant Palestinien m’offrant gaiement le badge d’Obama 44e, dans son bazar ou les icônes des héros de la lutte des Droits Civiques, côtoyaient les chaînes hifi, les lampes de salon, les objets ménagers, les fleurs en plastiques.

Je me rappelle qu’il prédisait qu’il allait enfin sans doute pouvoir bientôt rentrer chez lui, au moins pour des vacances….

Aujourd’hui, quand je vois Barack descendre, souverain,  les marches de son Air Force One,  totalement sous contrôle, apparence impeccable, gestes impériaux, le ciel bleu et l’avion parfaitement coordonnés, une sorte de prompteur de paysage,  ce moment du badge offert me revient à chaque fois.

J’ai toujours le badge. Mais dans un tiroir.

 

La vie, des vies …

Des vies fugaces, puissantes, rencontrées, imprimées, imprégnées, des empreintes indélébiles, vives, rapides, tendres, légères et dessinées comme des étoffes, debout, aimantes, pressées.

1-Maman, la moto, la nuit

2-Tous les deux sur le tracteur

3-L'Étoffe

Aperçue, attrapée, coloriée, conservée.

 La vie.

India. 2011. 2012.

Sur la route de Nelson, bien sûr…

De la nuit.

La Belle au Billard

Cape Town 1998.

Il y a des prêtresses tireuses de cartes, gardiennes de shebeen.

Shebeen

1998. Cape Town, côté township. Khayelitsha.

Il y a des pères fiers, qui veulent la meilleure espérance pour leur double progéniture bien arrivée, et qui boivent un coup à leur bonne fortune au soleil couchant du Cap de Bonne Espérance. Il y a pire augure.

<Pere Fier de Bonne Esperance

1998.Cap de Bonne Espérance.

 

 

Sur la route de Nelson, encore…

8 ans après la chute de l’apartheid, 5 ans après l’élection de Mandela, les écoles deviennent mixtes…. alors les sorties scolaires également.

Et les petites écolières1999. Dans le jardin botanique de Cape Town.

On parle souvent, et à raison, de cette surhumaine capacité au pardon dont Mandela a su faire preuve, et ainsi montrer la route pour éviter le bain de sang.
Pour ma part, il me semble qu’à chaque fois qu’on évoque cette qualité du grand homme, on oublie trop qu’il s’est nourri et appuyé sur des racines profondes de l’âme de son peuple, qui je l’ai ressenti dans des biens des occasions, peuple capable de pardon et d’une grande tendresse, et ce malgré la dureté et la grande violence de la vie là-bas pour le plus grand nombre.
Little Karoo.

A la campagne

1998. Barrydale.

De la tendresse, il y a.
Cape Town, côté township Cape Flats.

I love him

1998. Cape Flats YMCA.

China Op ou le Chaos Magnifique

Quand le labeur est théâtre, le chaos magnifique, l’architectonique des rêves inscrit dans le squelette du bâtiment en devenir, dans la chorégraphie du travail.

Idéogramme, échaffaudage

A chaque fois que, spectateur, je photographiais ce chantier, ces hommes, je me demandais comment leur rendre la pareille, rendre grâce à ce ballet, cette grâce qu’ils ne soupçonnaient pas dans la rudesse de leurs tâches, grâce que je recevais comme un présent.

K2, Structures

La seule réponse était d’accrocher ces images sur leurs grues, j’ai failli y arriver….

Cages et Jéricho

Beijing 2001-2005. Construction du Grand Théâtre National de Chine. Chine

Paul Andreu architecte.

Le Poilu

Une autre sorte de beauté, une autre sorte d’icône, sortie tout droit de notre mémoire collective d’ici, et pourtant photographiée, à un siècle près et 10 000 kms des champs de la Marne et des tranchées de Verdun.

Image

Un autre genre de  » Poilu « , une chair bien humaine, mais à béton, fier et épuisé, arraché lui aussi à sa campagne, pour la gloire de son pays, au-dessus de toutes les autres, plus haute que tout les skylines d’Amérique, une nouvelle Chine.

Image

 Pékin 2002.

Sur le chantier de la construction du Grand Théâtre National de Chine.

9. L’horloger de Cradock

Voyager c’est bon. Être libre d’aller ou le vent me pousse, c’est envoûtant.
Ce pays met souvent en colère, tant les injustices sociales sont insupportables, jusqu’à pouvoir ressembler à de la cruauté. Heureusement, aller là ou on ne va pas habituellement, par peur, conformisme, obéissance, libère de cette colère.
Un jour sur un de mes carnets, j’ai écris : de la gentillesse au delà de la raison !

Image

C’est si vrai. Et étonnant.
Ce qui est captivant et si surprenant aussi, c’est cette sensation de voyage dans le passé, quasi filmique. Comme si on naviguait dans des clichés cinématographiques.
Surprenant d’avoir la sensation de se retrouver comme transplanté aux États-Unis, particulièrement les états du Sud, Alabama, Arizona, Mississippi, Louisiane… mais il y aurait 50 ans de là, avant les droits civiques.

Image

Mississippi ou j’avais fait peu de temps auparavant un reportage dans le pays du blues, et ou chaque bourgade ou ville traversée annonçait ses taux de criminalité, et donc son classement national, avec une quasi fierté résignée. Je retrouverais beaucoup de similitudes entre les deux pays durant mes séjours.
Alors dans un western, même austral, il faut un cow-boy.

Image

Horloger, armurier, fêtes de Noël, à Cradock, Eastern Cape.