Denis Chapoullié

Rue Denis Chapoullié by the way

Category: Mode

And Now, by Popular Demand

Une Créature…

Directement sortie de la cuisse de l’Univers.

Du cinéma, du vrai, du théâtre, retour à Versailles.

Créature Vivienne Westwood

Le grand salon du Grand Hotel, rue de la Paix, plus beau qu’au Monopoly.

 Molière sans texte, des couronnes, doubles ailes, la cour, ça frémit, on se presse, tout brille.

 Les créatures de Vivienne Westwood.

 Paris 2000.

 

De la révélation ardente aux grains d’argent

Tirage d’époque, grains d’argents solarisés, une fois et pour toute, l’école surréaliste, ma famille photosensible.

Le Jean-Marc râlant, pestant, en short et tongs dans les vapeurs de révélateurs, comprenne qui pourra, certains le peuvent, les modèles, quelques jours avant, hésitantes devant le miroir, une déformation pour la beauté, comprenne encore, mais qui verra cette fois-ci, j’ai tenu bon, et cela tient toujours.

Double beauté aux grains d'argent

De la beauté en grains d’argents, révélation ardente.

 Paris 1998. Studio Sunset. Solarisation Jean-Marc Férré. 50×70 sur papier baryté, tirage unique.

Mise à Feu

Mise à feu, 21ème siècle aux Beaux-Arts, La Pompadour ou l’Autrichienne, ou la Kelly, des jeunes femmes, du mélodrame, du cinéma, du travail, du velours, des pages tournées, regardées, apprises, de l’histoire, des racines, Versailles et Hollywood, les miroirs, la projection, la lumière, Dior, Galiano, de la photographie, des histoires, de la pellicule, des arabesques, des pixels, une réflexion pour finir.

Image

1--Superbe ToOns-Modifier©Chapoullié

1--Haute Couture 2000-1181-Modifier-Modifier

1--flechess-Modifier-Modifier©Chapoullié

Dior, du Galianno et Chapoullié.

Paris 2001.

Barbarella à la caldera

Soucoupe àla caméra

Barbarella, Jasmine, Milano, Moda, Antonionni, David Bayley, une pochette surprise, Franquin, HMI, cratère ou mieux caldera de couleurs déchirées, tous ces mots sont dans cette icône bondissante.

Image

Evidemment on devrait parler de sublimation de la critique de la posture consumériste, en tant qu’elle est constitutive de l’achèvement de la forme revendicatrice, irriguant la contestation de l’art (!), mais bon, il manque le petit tas de briques inspirées à côté, et à dire la vérité, je préfère y voir la marque de Spirou.

Flèche-verte-en-avant

Milano 1990.

Paris 1999

( 120 x 90 )

La Grande Rouge

Belle, Grande Rouge, anamorphose, décollage, allumage, alunissage, installation éphémère, préfigurant l’ADN des circuits imprimés, à l’orée des années 90.

Image

Un bivouac de cartons colorés, toile d’araignées de nylon, fils tendus du plafond au plancher du Sunset, maintenant disparu, soleils de tungstène; on ne savait pas qu’on faisait oeuvre d’installations, je ne savais pas que je mettais en place, par exemple un dispositif de contact avec le réel révélé, comme on marketerait maintenant.

Image

Une passerelle du surréalisme à la digitalisation, devançant les bits, circuits, logiciels, ça oui, c’était pressenti.

 C’était juste beau, et éphémère.

 Et comme en ethnographie, les images restent, ce qui était bien la finalité.

La Grande Rouge

Belle, Grande Rouge, anamorphose, décollage, allumage, alunissage, installation éphémère, préfigurant l’ADN des circuits imprimés, à l’orée des années 90.

Image

Un bivouac de cartons colorés, toile d’araignées de nylon, fils tendus du plafond au plancher du Sunset, maintenant disparu, soleils de tungstène; on ne savait pas qu’on faisait oeuvre d’installations, je ne savais pas que je mettais en place, par exemple un dispositif de contact avec le réel révélé, comme on marketerait maintenant.

Image

Une passerelle du surréalisme à la digitalisation, devançant les bits, circuits, logiciels, ça oui, c’était pressenti.

 C’était juste beau, et éphémère.

 Et comme en ethnographie, les images restent, ce qui était bien la finalité.

Les Grâces

L’an 2000.

A l’école des Beaux-Arts, la bien-nommée, Paris, les défilés Haute-Couture.

Coulisses plus que backstage, théâtre bien plus que show, chez Christian Lacroix flotte toujours cette étrange et entêtante atmosphère de cour royale décalée et radieuse. On a le sentiment qu’il ne cherche jamais à plaire aux pages des magazines mais bien de s’inviter dans nos songes. Les filles qui vont défiler en deviennent timides et ondoyantes, étonnées, au premier bal, en se découvrant ainsi.

Image

On se sent toujours intimidé à s’immiscer dans ces rituels éphémères, un peu déplacé, mais finalement précieux, car quelques instants après, tout sera effacé, coiffures, maquillages, excitations, transe, rêveries, attente, passion, ravissement…. reste les images.

Image

Chez Jean-Paul Gaultier, comme d’habitude, tout est fin et cultivé, aigu et lettré, vif.

C’est un érudit, un chasseur de signes, un chansonnier du vêtement, de la dégaine.

Défilés Haute couture, l’an 2000. Pour Libération.

Belle au sein machine

Image

Belle, sein, machine, mécanisme, belle, retrouvée, Marseille 1990, Genève 1996, Paris 2011.