Chapoullié Blog

N'oubliez pas l'accent

Category: Routes

La vie, des vies …

Des vies fugaces, puissantes, rencontrées, imprimées, imprégnées, des empreintes indélébiles, vives, rapides, tendres, légères et dessinées comme des étoffes, debout, aimantes, pressées.

1-Maman, la moto, la nuit

2-Tous les deux sur le tracteur

3-L'Étoffe

Aperçue, attrapée, coloriée, conservée.

 La vie.

India. 2011. 2012.

Des femmes

Des femmes en Inde.

 भारत में महिलाओं

 Sans paroles. Ou presque.

शब्दों के बिना

1-Binette au Vetiver_8AI2026

2-Sari n°1

 

3-Wild_SIV5670

Des femmes, quelques unes, sur les murs en saris de lumière, dans les champs de vétiver, de l’or un peu, sur soi, du travail beaucoup, des rires, du sérieux, du mystère, de la force…

Inde. Tamil Nadu. 2012

Painting in the rain

Ça pleut, ça frappe et ça se mire, ça brille, ça flamboie, ça miroite, ça ruisselle, ça scintille, ça mouille et ça éclabousse, ça illusionne, ça réinvente, ça nettoie, ça décore, ça lustre, ça éblouit, ça rayonne, ça s’incarne, ça réfléchit, ça se réécrit, ça se redessine, ça repeint, se lustre, se réinvente, ça noctanbulise le jour, ça fume, ça gicle, ça neige pas, mais ça recolorise.

1_Raining Limited &co

2_Red Rain

3_Orange Rain

Raining day in Chennaï

 அதை பிரகாசம், அது நிறையவே, அதை பிரகாசம், அது flamboit, அது ஜொலித்து, அது, மழை பெய்கிறது இது எம் மற்றும் அது பிரதிபலிக்கிறது

பலமுறை இதுபோலவே அது என்னவானது, அதை வர்ணம், அது சேதமடைந்து, அது திருத்திய அதை நினைக்கிறார்கள், அது தன்னகத்தே, அது ஜொலித்து, அது ஒளிர்கிறது, அதை காந்தி, அதை அலங்கரிக்கிறது, அது சுத்தம் புதுப்பித்து, ஏமாற்றுவது, ஏழாம், தன்னை புதுப்பித்து, அது பனி அல்ல, அது இறுதிக்கிரியைகளை, அது புகைபோக்கிகள், நாள் noctanbulise, ஆனால் அது recolorise.

( Tamil. தமிழ் )

 India. Chennaï 2013.

On the Road Again, toujours…

On the  road, on the screen, traverser le panorama.

Le pare-brise en cinémascope, le travelling infini, la vie devant toujours.

Bulgarian Screen Road

La musique du moteur.

Encore.

Moteur.

 Bulgarie 2010

Sur le port d’Odessa

Que les amoureux du port d’Odessa nous protègent.

Les amoureux d'Odessa

Que nos souvenirs nous accompagnent.

Que les mers nous fassent rêver

Que les bateaux transportent nos histoires

Odessa. Far East. Noël. 2009.

Bon, c’est pas tout ça, Noël et tout le Tra la la…

Il est temps de se remettre au boulot.

 C'est tre╠Çs se╠ürieux

Une petite méduse,  méduse minuscule, 1 ou 2 centimètres, mais à l’énervement mortel. On peut voir sa petite queue exaspérée prête à l’attaque.

Bon, allez, au boulot.

Photographiée en l’aquarium de Cape Town, en 1998; histoire de rester dans l’ambiance Sud Africaine, avant de passer à la suite.

Next.

Sur la route de Nelson, bien sûr…

De la nuit.

La Belle au Billard

Cape Town 1998.

Il y a des prêtresses tireuses de cartes, gardiennes de shebeen.

Shebeen

1998. Cape Town, côté township. Khayelitsha.

Il y a des pères fiers, qui veulent la meilleure espérance pour leur double progéniture bien arrivée, et qui boivent un coup à leur bonne fortune au soleil couchant du Cap de Bonne Espérance. Il y a pire augure.

<Pere Fier de Bonne Esperance

1998.Cap de Bonne Espérance.

 

 

Sur la route de Nelson, encore…

8 ans après la chute de l’apartheid, 5 ans après l’élection de Mandela, les écoles deviennent mixtes…. alors les sorties scolaires également.

Et les petites écolières1999. Dans le jardin botanique de Cape Town.

On parle souvent, et à raison, de cette surhumaine capacité au pardon dont Mandela a su faire preuve, et ainsi montrer la route pour éviter le bain de sang.
Pour ma part, il me semble qu’à chaque fois qu’on évoque cette qualité du grand homme, on oublie trop qu’il s’est nourri et appuyé sur des racines profondes de l’âme de son peuple, qui je l’ai ressenti dans des biens des occasions, peuple capable de pardon et d’une grande tendresse, et ce malgré la dureté et la grande violence de la vie là-bas pour le plus grand nombre.
Little Karoo.

A la campagne

1998. Barrydale.

De la tendresse, il y a.
Cape Town, côté township Cape Flats.

I love him

1998. Cape Flats YMCA.

Sur la route de Nelson, toujours…

Sur le gazon d’une avenue du quartier emmuré de Sandton, Johannesburg.

Johannesburg Sandton

2000. Sandton.

Autant en emporte le temps… ou n’emporte que si peu de choses…

Autant en emporte le temps_

Port St Johns. 1999.

Sur le tracteur de la Démocratie, du côté de Queenstown, Eastern Cape.

I love him

 South Africa 1998

Du cote de chez Madiba, ou sur la route de Nelson

Un petit berger, au détour d’un virage, sur les hauteurs du Transkeï, dorénavant Eastern Cape, pas si loin de Qunu, le village où Nelson Mandela a passé sa petite enfance et ou il reposera.

On était seul l’un comme l’autre, lui dans la forêt avec son chien et son troupeau, moi plutôt perdu sur cette piste très boueuse, pour basculer vers le Natal. On est reparti avec chacun notre photo.

Le petit berger

Le petit berger.  1999. Transkeï.

Une autre rencontre, de celle qui intimide, sur une petite route, un peu perdu à nouveau mais cette fois à la recherche de l’Océan Indien, que j’espère en quittant les montagnes de l’Eastern Cape. Au passage d’un gué, je croise une écolière rentrant de l’école en flânant et son regard perçant, s’il en est.

Quand je rentrais de l’école, ce n’était pas mes pieds nus que je laissais traîner dans l’eau, mais mes petites voitures que je faisais courir sur les murs.
De l’école, de la solitude et de la nature. De l’immortalité de la rencontre photographique.
Nous sommes repartis chacun avec notre photo.

La fille du gué

 La fille du gué. 1999. Cap-Oriental, à l’approche de Ports Saint-John

 Un autre genre de lutteur.

Nkangala liquor

1999. Nkangala liquor, Kwazulu Natal