Denis Chapoullié

Rue Denis Chapoullié by the way

Tag: Paris

Paris est Charlie

7 janvier 2015. République.

2.Elle est Charlie

11 janvier 2015. Nation.

1. Elle n'y croit pas

Среда, 7 января 2015

Они убили мое детство, с моими  « Пилотами », которых я так  ждал каждый раз: конечно  « Большого Дюдюша »  Кабю, затем женщины плотоядные растения Волинского в Хара Кири, и затем Шарб и его капли в нос и его гений антиклерикальной провокации, Тиньюс и его насмешки, Оноре́ и его рисунки как гравюры  19-го века,  дядя Бернард, наш почти единственный экономист ясновидящий , и те которые сопровождали  или защищали их . Я знаю, что все  тем вечером плакали, нас было так много,  это были мы.

1.Il regarde

2.Elle brandit

3.Charlie's Angels

4.Les fleurs

Miercuri, 7 ianuarie 2015 (ro)

Ei au ucis adolescența mea, până la copilărie,  cu « Pilote » -urile mele atât de așteptate: bineînteles  Marele Duduche de Cabu, apoi femeile plante carnivore de Wolinski în Hara Kiri, și apoi Charb și picăturile sale de nas, și geniul său al provocării anticlericale, Tignous și ironiile  sale elefantice, Honoré și desenele sale ca niște gravuri din secolul 19, Unchiul Bernard, aproape unicul nostru clarvăzător economic, acei ce le-au fost alături sau le-au protejat. Știu că toți plângeam în acea seară, eram atât de numeroși, eram noi.

1. Ils pleurent

2.La République

3. Les bougies

 

Mercredi, 7 janvier 2015 (fr)

Ils ont assassinés mon adolescence, jusqu’à mon enfance, avec mes « Pilote » tant attendus : Le Grand Duduche de Cabu bien sûr, puis les femmes plantes carnivores de Wolinski dans Hara Kiri, et puis Charb et ses gouttes au nez et son génie de la provocation anti-cléricale, Tignous et ses pifs éléphantesques, Honoré et ses dessins comme des gravures du 19éme, Oncle Bernard, notre presque seul économiste clairvoyant, ceux qui les accompagnaient, ou les protégeaient. Je sais qu’on chiale tous ce soir, on était si nombreux, c’est nous.

1. Je suis Charlie

2. Je suis Charlie

3.Je suis la liberté

Mise à Feu

Mise à feu, 21ème siècle aux Beaux-Arts, La Pompadour ou l’Autrichienne, ou la Kelly, des jeunes femmes, du mélodrame, du cinéma, du travail, du velours, des pages tournées, regardées, apprises, de l’histoire, des racines, Versailles et Hollywood, les miroirs, la projection, la lumière, Dior, Galiano, de la photographie, des histoires, de la pellicule, des arabesques, des pixels, une réflexion pour finir.

Image

1--Superbe ToOns-Modifier©Chapoullié

1--Haute Couture 2000-1181-Modifier-Modifier

1--flechess-Modifier-Modifier©Chapoullié

Dior, du Galianno et Chapoullié.

Paris 2001.

Les Grâces

L’an 2000.

A l’école des Beaux-Arts, la bien-nommée, Paris, les défilés Haute-Couture.

Coulisses plus que backstage, théâtre bien plus que show, chez Christian Lacroix flotte toujours cette étrange et entêtante atmosphère de cour royale décalée et radieuse. On a le sentiment qu’il ne cherche jamais à plaire aux pages des magazines mais bien de s’inviter dans nos songes. Les filles qui vont défiler en deviennent timides et ondoyantes, étonnées, au premier bal, en se découvrant ainsi.

Image

On se sent toujours intimidé à s’immiscer dans ces rituels éphémères, un peu déplacé, mais finalement précieux, car quelques instants après, tout sera effacé, coiffures, maquillages, excitations, transe, rêveries, attente, passion, ravissement…. reste les images.

Image

Chez Jean-Paul Gaultier, comme d’habitude, tout est fin et cultivé, aigu et lettré, vif.

C’est un érudit, un chasseur de signes, un chansonnier du vêtement, de la dégaine.

Défilés Haute couture, l’an 2000. Pour Libération.