Chapoullié Blog

N'oubliez pas l'accent

Category: Abstractions

La Stratocaster Enchantée



A la recherche désespérément du vrai rouge, et bien sûr du riff absolu. Ou du vrai riff et du rouge absolu.

Dubaï, Sidney le retour

Dubaï Airport, vol de nuit, en route pour Kununurra, Terres du Nord, Terres rouge, Terres Aborigènes

Marouflage, pixels pigments, pigments aquarelles, panneau de peuplier 220 x 60

La Nuit de l’Orénoque.

Tout parait calme, incendie d’étoiles

éternel, éloigné, sans fin, sans crainte

 les singes hurleurs, leurs vociférations glaçantes

et puis oubliées

pirogues et tonka

 

Venezuela

Le Livre qui ne voulait pas s’effacer

Le Grand Nu Somptueux

Ou une mécanique rêvée de la séduction.

Parfaite.

Paris.

Le vitrail de l’Opéra

A la demande de Paul Andreu, l’architecte du projet, je réalise en 2006 une maquette de vitrail pour les salons du Théâtre National de Chine, la grande salle dite de l’Opéra de Pékin.

Un mur de verre d’une dizaine de mètres de long sur une hauteur de 2,5 mètres. Verre, gravé, et enchâssant en transparence les images que j’ai récoltées sur le chantier au cours des années passées, un vitrail moderne, en forme d’ode au travail des ouvriers bâtisseurs.

Mais, triplement hélas le Grand Krik nous croque as usual, pour des raisons de coûts, ainsi que de circonstances politique, ce projet de vitrail ne verra finalement pas le jour.

3 versions pour mieux envahir l’écran.

2 vitrail opéra

3 vitrail opéra

4 vitrail opéra

Fly to the Moon

Fly to the moon.

And drive.

Et sans doute aussi jusqu’à mon père, Félix, qui aimait totalement ces papillons. Libérateurs.

Je me souviens de lui, radicalement transformé par l’état de vacances, stoppant pile et dérechef la 404 familiale, pleine de mômes soupirants et suppliants l’arrivée rêvée, sur l’horriblement longue route de la Costa Brava, soudainement déguisé en chasseur poétique, se mettant à courir armé de son filet, préparé au cas ou dans le coffre surchargé, afin de capturer le coléoptère aperçu derrière le pare brise de la Peugeot, absolument pas ralenti par les cris de sa femme. Voila qu’il n’était plus raisonnable.

Fly to the Moon

De là, certainement mon indéfectible affection pour les très, très rares coléoptères éphémères et néanmoins magnifiques. « Pixellamus Originalus «

Et mon étrange disposition à la photographie à l’arrachée en véhicules à moteurs.

 Paris 1998.

Avant – Garde

1990. Volutes de carton. Lac d’ondulation. Cremer et tungstène, du cinéma, du vrai, qui ne bouge pas, qui s’enracine. Le miroir de la kermesse, et Stéphan. Thieblemont bien sûr. Transformation. Accélération. Notre avant-garde, avant pour longtemps. Clash, The Rush and run and love. Refusée. As usual. Conformisme. Anti. Mais oui, ça rentre dans l’histoire. Radio C. All rigth, déjà pirates.. What do you want ? Chante Aretha. Just a little bit. Saxos, les cuivres rentrent. Voila bientôt 25 ans que cette image et ses soeurs sont nées. Just a little bit. Respect. Révolution. Apprentissage. We wanted to change the world. You don’t want to change the world. Chooo be doo allrigth, chante Paul. Revolutions, guitare grince. Toons, Chaplin, en noir et blanc, les Temps Moderne, un vendredi je crois, apprentissage. Circulation. Rébellion. Application. Number 9. Inspiration. Vous vous rappelez ?

l'Absolu

C’est comme des rêves. C’est la fête avec Man Ray. Cercle très sérieux. Écoute les pistes à l’envers. c’était avant à l’envers à l’endroit sur les routes du Karoo, en K7. Ça prépare. C’était quelques temps avant de passer au monde en couleur. Si Man Ray m’avait dit que Claudine Maugendre n’avait pas tort, Actuel, que le moment était venu. En attendant, j’apprenais encore de lui, de Brassaï, de Lee Miller, Ubac. Et de Gotlib.

Tout ça me sert, sur le pont d’un bateau, Ride the River, tout ça reste, hier comme aujourd’hui, sur les routes tropicales, ou dans l’odeur d’un vernis à Montparnasse. Le magnet absolu.

C’est toujours là, entremêlé.

Paris 1990. Avec Stephan Thieblemont. Studio Sunset.

De la révélation ardente aux grains d’argent

Tirage d’époque, grains d’argents solarisés, une fois et pour toute, l’école surréaliste, ma famille photosensible.

Le Jean-Marc râlant, pestant, en short et tongs dans les vapeurs de révélateurs, comprenne qui pourra, certains le peuvent, les modèles, quelques jours avant, hésitantes devant le miroir, une déformation pour la beauté, comprenne encore, mais qui verra cette fois-ci, j’ai tenu bon, et cela tient toujours.

Double beauté aux grains d'argent

De la beauté en grains d’argents, révélation ardente.

 Paris 1998. Studio Sunset. Solarisation Jean-Marc Férré. 50×70 sur papier baryté, tirage unique.

Quelques moments plus tard…

La translocation de proton du stroma vers le lumen, ou illustration de la photosynthèse en forme de renaissance sur un film de polyuréthane, avec rencontre du 1er type, entièrement à la main, d’entre un bel équipage futurement lunaire, taillé dans l’éternel, et une rose en pétales absolument terrestre et magnifiquement éphémère.

Cosmos en photosynthèse

En guise d’hommage de petits garçons du 21 juillet 69, avec la complicité éclairante, sinon allumée, de Stephan.

 Avec Stephan Thieblemont. Appolo. Paris 1991, Studio Sunset.